5 minutes de lecture

Les causes de l'apnée du sommeil

Découvrez en plus sur ce qui peut causer un syndrome d'apnée du sommeil

MIS À JOUR PAR
Sandra Baliozian
11/3/2021

Comme son nom l’indique, l’apnée du sommeil est un arrêt de la respiration pendant le sommeil. De son vrai nom Syndrome d’Apnée Obstructive du Sommeil (SAOS), ses causes peuvent être multiples. Même si certaines personnes peuvent avoir des prédispositions, il existe également des facteurs pouvant aggraver ou déclencher ce syndrome. Nous allons détailler dans cet article toutes ses causes, afin de vous aiguiller et ainsi de savoir si vous faites de l’apnée du sommeil.

L’anatomie, cause possible de l’apnée du sommeil

L’apnée du sommeil intervient lorsque les muscles de la langue et de la gorge se relâchent, empêchant ainsi l’air de passer. Certains aspects physiologiques augmentent fortement cette possibilité. En effet, un dysfonctionnement ou une malformation au niveau des organes respiratoires peuvent très vite entraîner une obstruction de ces voies pendant la nuit et ainsi provoquer l’arrêt de la ventilation. C’est pour cela qu’on appelle ce syndrome « apnée obstructive ». L’apnée du sommeil peut être sévère et présenter différents symptômes pouvant être très handicapants au quotidien.

Anatomie du nez et de la bouche

Une anomalie anatomique au niveau du nez ou de la bouche peut expliquer ce phénomène. Il peut s’agir :

  • D’une déviation de la cloison nasale, rendant le passage de l’air par le nez plus difficile
  • Des amygdales ou une langue de taille importante
  • D’un cou large, ou une forme particulière de palais
  • D’un manque de tonicité des muscles de la gorge ou de la langue, fréquent chez les personnes plus âgées

Surpoids

Une cause potentielle du syndrome d’apnée du sommeil est le surpoids ou l’obésité. Il a été observé que 50% des personnes présentant une apnée du sommeil ont un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 30. Dans ces cas-là, la graisse peut se loger au niveau du cou, rendant ses parois plus épaisses, et empêchant ainsi l’air de circuler correctement jusqu’aux poumons.


Maladies respiratoires, cardiaques ou neurologiques

Des maladies temporaires ou chroniques peuvent également provoquer ces arrêts réguliers de la respiration.  

C’est le cas lors de congestions nasales temporaires ou chroniques, mais également en cas d’allergies respiratoires ou d’asthme. En effet, les difficultés respiratoires qu’elles engendrent peuvent s’aggraver durant la nuit.

Les insuffisances cardiaques ainsi que certaines maladies neurologiques comme Parkinson peuvent aussi provoquer de l’apnée du sommeil. Mais dans ces cas-là, c’est le cerveau qui cesse d’envoyer les signaux aux poumons pour leur ordonner de fonctionner. On ne parle plus de SAOS mais d’apnée du sommeil central. Vous pouvez en savoir plus sur les différents types d’apnée du sommeil ici. Les accidents vasculaires cérébraux augmentent aussi ce risque.

Prédispositions à l’apnée du sommeil

L’apnée du sommeil est un syndrome fréquent mais toutes les personnes ne sont pas égales face à cette maladie. Les risques ne sont pas les mêmes selon notre âge, qu’on soit un homme ou une femme ou notre génétique.

L’âge et le sexe

Bien que l’apnée du sommeil touche aussi bien les enfants que les adultes, elle est beaucoup plus fréquente à mesure que l’on vieillit. Il a été observé que les risques sont 2 à 3 fois plus élevés chez les plus de 65 ans. Cela s’explique, comme dit précédemment, par le fait que les muscles de la gorge perdent de leur tonicité et se relâchent beaucoup plus pendant la nuit, empêchant donc une circulation correcte de l’air.

En plus de cela, avant 60 ans, les hommes sont 2 à 3 fois plus touchés par ces arrêts respiratoires réguliers que les femmes. Cela s’explique par leur anatomie des voies aériennes ainsi que par la réponse ventilatoire qui est différente chez les deux sexes. Néanmoins, passé cet âge, les risques sont les mêmes chez les hommes et les femmes.

Prédisposition génétique à l’apnée du sommeil

Toute personne présentant un membre de sa famille faisant de l’apnée du sommeil a jusqu’à 2 fois plus de risques de présenter également ce syndrome. En effet, les spécificités cranio-faciales sont souvent génétiques, donc toutes anomalies au niveau du nez ou de la bouche chez les parents auront de fortes probabilités d’être transmises à l’enfant.

Facteurs aggravants de l’apnée du sommeil

Comme vu précédemment, beaucoup de causes morphologiques, génétiques ou de maladies peuvent induire l’apnée du sommeil. Mais il existe également des facteurs pouvant augmenter fortement les risques de présenter ce syndrome.

Position du sommeil et apnée du sommeil

Notre position durant notre sommeil influe beaucoup sur notre respiration. En effet, dormir sur le dos augmente les risques de faire de l’apnée. Lorsque nous dormons sur le dos, nos muscles se relâchent et notre langue ainsi que notre mâchoire peuvent reculer. Elles peuvent donc plus facilement venir obstruer les voies respiratoires et conduire à l’arrêt de la ventilation. Certaines personnes font ainsi de l’apnée du sommeil seulement quand elles sont couchées sur le dos.

Tabac et alcool, amis de l’apnée du sommeil

La consommation d’alcool et de tabac ne font pas bon ménage avec le sommeil. En effet, l’alcool est un dépresseur, ce qui signifie qu’il relaxe les muscles. Mais ce relâchement des muscles de la gorge peut provoquer une obstruction de celle-ci et ainsi empêcher à l’air de passer. Le tabac, quant à lui, peut causer l’inflammation ou la congestion du nez et l’affaiblissement musculaire de la langue et la gorge. Tout cela peut mener à des difficultés à respirer durant la nuit.

Médicaments

La prise d’antidépresseurs ou de somnifères peut accentuer les risques de développer une apnée du sommeil. En effet, ces médicaments ayant entre autres pour effet un relâchement musculaire, il est recommandé aux personnes à risque de les éviter. Ce relâchement peut intervenir au niveau de la langue et la gorge et provoquer une obstruction des voies respiratoires.

Si vous pensez faire de l’apnée du sommeil ou que quelqu’un a déjà remarqué que vous vous arrêtiez de respirer durant votre sommeil et que quelques-unes de ces causes vous parlent, n’hésitez pas à aller consulter afin d’établir un diagnostic et d’apnée du sommeil. Les professionnels de santé pourront alors vous aider à mettre en place des traitements pour diminuer, voire soigner l’apnée du sommeil.

Sleepie vous remercie !
Oops! Something went wrong while submitting the form.
© 2020 Acme. All right reserved.