8 minutes de lecture

Quelles sont les causes de l'insomnie ?

Découvrez les possibles raisons de vos insomnies, afin de mieux les soigner.

MIS À JOUR PAR
Sandra Baliozian
5/7/2021

L’insomnie est un trouble du sommeil qui touche environ 16% de la population française. Il se traduit par des difficultés à s’endormir et des réveils nocturnes ou prématurés qui nuisent à la qualité du sommeil. Vous êtes insomniaque ? Comprendre les causes de l’insomnie peut vous aider à mieux dormir. Dans cet article, nous vous donnons des pistes sur l’origine de l’insomnie à travers trois de ses plus grandes causes : psychologiques, physiologiques et environnementales.  


Les causes psychologiques de l’insomnie

Saviez-vous que l’anxiété peut provoquer une insomnie ? En réalité, une grande majorité des insomnies est liée à des causes psychologiques comme le stress, l’anxiété ou encore la dépression. Lorsque les crises d’insomnie se répètent, elles entraînent une nouvelle source de stress à l’idée de passer une mauvaise nuit et peuvent conduire à un vrai cercle vicieux !

 

Quand le stress empêche de dormir

Les évènements de notre vie, qu’ils soient positifs ou négatifs, peuvent provoquer des troubles du sommeil. Un mariage, un divorce, la perte d’un emploi ou au contraire une augmentation conduisent à des milliers de pensées qui nous suivent jusqu’au coucher. L’excitation des événements positifs, comme l’inquiétude des étapes plus négatives de notre vie, prennent alors le dessus sur notre fatigue.

 

L’anxiété et les troubles du sommeil

Alors que le stress s’apparente à une situation passagère, l’anxiété représente plutôt une sensation de « danger », une anticipation d'événements négatifs et un état plus permanent. Elle peut donc engendrer un sentiment d’angoisse, une incapacité à lâcher prise, des idées obsédantes, de l’impulsivité et bien sûr de l’insomnie et des réveils nocturnes.

 

Lors d’une menace ou de stress aigu, notre organisme entre en « état d’alerte » pour que nous puissions mobiliser toutes nos forces physiques et mentales. Cela implique par exemple une augmentation du rythme cardiaque, une hausse de l’activité cérébrale, mais aussi la libération d’hormones liées à la gestion du stress.

 

Ces phénomènes sont bénéfiques dans le cas d’un danger, mais engendrent des conséquences négatives sur le sommeil :

  • Une hausse de la température corporelle, alors qu’elle doit baisser pour favoriser l’endormissement
  • Des taux élevés de cortisol et d’adrénaline qui accélèrent le rythme cardiaque et rendent la transition entre le sommeil profond et le sommeil léger plus difficile
  • Une activité cérébrale intense qui ne baisse pas et conduit à une accumulation de fatigue.

 

Lorsque le cerveau est en suractivité constante, la fatigue s’accumule et les insomnies légères peuvent aggraver l’anxiété et conduire une fois encore à la mise en place d’un cercle vicieux.

 

La dépression et l’insomnie

En 2017, près de 10 % de la population âgée de 18 à 75 ans a connu un épisode dépressif au cours de l’année. Les symptômes de la dépression varient d’une personne à l’autre, mais les troubles du sommeil apparaissent comme caractéristiques pour diagnostiquer une dépression.

 

On distingue deux types de troubles chez les personnes dépressives :

  • L’hypersomnie : un besoin excessif de dormir qui conduit à un trop-plein de sommeil, insatisfaisant et abrutissant.
  • Une dégradation du sommeil : des nuits peu réparatrices, des réveils précoces, des insomnies et des difficultés à retrouver le sommeil.

 

La bonne nouvelle ? La thérapie cognitivo-comportementale pour l’insomnie (TCC-I) comporte des avantages qui vont au-delà des troubles du sommeil chez les patients dépressifs comme l’amélioration du bien-être général et la baisse de gravité des symptômes dépressifs.

 

Les causes physiologiques de ce trouble du sommeil

Nous avons passé en revue les causes psychologiques, mais savez-vous que certains facteurs physiologiques peuvent aussi provoquer des insomnies ? La quantité et le type d’aliments consommés, les boissons ingérées, les activités pratiquées ou tout simplement les variations hormonales de votre corps peuvent vous empêcher de bien dormir.

 

La consommation d’excitants

Certaines boissons comme le café, le cola ou les boissons énergisantes peuvent perturber le sommeil et générer des insomnies. Cela s’explique par la présence de composants excitants qui stimulent le système nerveux et empêchent la sécrétion de mélatonine (hormone du sommeil). Parce que ces effets durent plusieurs heures, une consommation tardive d’excitants peut vous empêcher de dormir.

Bon à savoir : Le chocolat peut aussi être une cause d’insomnie. En effet, il contient de la théobromine qui est un composant similaire à la caféine. Vous êtes accroc au chocolat ? Mieux vaut se contenter d’un à deux carrés par jour !

 

Un dîner trop copieux ou trop léger

Le sommeil est une activité destinée à renforcer notre énergie physique et mentale. Pour que le processus soit efficace, nos fonctions corporelles, dont le système digestif, sont ralenties. Dans le cas d’un repas trop copieux, riche en protéine ou trop gras, la digestion augmente la thermogenèse et donc la température du corps. Or, nous savons que la baisse de température corporelle est essentielle à l’endormissement !

 

Le second impact d’un dîner trop copieux est le risque de reflux gastriques, de ballonnements et d’autres problèmes de digestion qui peuvent perturber le sommeil. À l’inverse, un repas trop léger peut conduire à une sensation de faim au cours de la nuit, impliquant des difficultés à s’endormir, une insomnie et des réveils nocturnes.

 

La pratique d'une activité stimulante le soir

Les activités stimulantes, qu’elles soient positives ou négatives, entraînent une forme d’excitation qui ne favorise pas l’endormissement. On retrouve par exemple :

  • Les jeux vidéo : Ils favorisent l’agitation et empêchent de trouver le sommeil.
  • Les écrans : Tablettes, téléphones ou ordinateurs, ils émettent de la lumière bleue qui diminue la production de mélatonine, notre hormone du sommeil.
  • La lecture : Un livre trop prenant ou la lecture d’un e-book sur tablette peuvent aussi nuire à l’endormissement.
  • Le sport : Une activité sportive pratiquée le soir augmente la température corporelle, alors qu’elle doit baisser pour que l’on puisse trouver le sommeil.

D’autres activités intenses comme les tâches ménagères, des activités de famille ou les obligations professionnelles peuvent empêcher l’organisme de se détendre et de se préparer au sommeil.

 

Les hormones et leur impact sur la qualité du sommeil

Parmi les causes physiologiques de l’insomnie, on retrouve aussi les variations hormonales qui concernent principalement les femmes. C’est le cas notamment de la périménopause (période qui précède la ménopause), mais aussi de la ménopause, de l’ovulation, des périodes menstruelles, de l’adolescence ou tout simplement d’un dérèglement hormonal.

 

Cela s’explique par le fait que différents facteurs des variations hormonales peuvent affecter le sommeil : bouffées de chaleur, prédisposition à l’anxiété et à la dépression ou encore insomnie. De plus, les hormones féminines jouent un rôle dans la stimulation de l’utilisation de la sérotonine. Une diminution de cette dernière peut provoquer des difficultés à s’endormir !

 

Saviez-vous que la pleine lune agit sur la qualité de notre sommeil ainsi que sur nos hormones ? En effet, les soirs de pleine lune, la mélatonine, dite «hormone du sommeil», est au plus bas. Pour savoir plus, lisez notre article sur les effets de pleine lune sur notre sommeil.

Les effets de l’alcool et du tabac sur le sommeil 

L’alcool est connu pour son effet relaxant et désinhibiteur. Il peut être tentant de boire un verre après une rude journée de travail pour se détendre, mais une consommation chronique peut altérer la qualité et la quantité de mélatonine ! La consommation d’alcool peut également exacerber certains troubles du sommeil, notamment l’insomnie.

 

Côté tabac, la nicotine est considérée comme un stimulant et entraîne donc des difficultés à s’endormir. Le tabagisme provoque aussi des ronflements et des apnées obstructives du sommeil.  

 

On vous donne nos 5 règles pour une bonne nuit dans notre article dédié.

Les causes environnementales de l’insomnie

Le bruit, une trop forte luminosité, la chaleur de votre chambre ou encore un matelas de mauvaise qualité sont des facteurs qui peuvent nuire à un sommeil réparateur. Votre environnement ne vous aide pas à bien dormir ? On vous aide à détecter les causes environnementales de votre insomnie, pour mieux la traiter.

 

Un environnement bruyant

Dans les causes environnementales de l’insomnie, le bruit est la principale possibilité d’altération du sommeil. Une télévision allumée, la circulation des voitures ou le tapage nocturne empêchent l’endormissement, mais peuvent aussi avoir des répercussions lors du sommeil.

 

Quand vous dormez, le cerveau continue à percevoir les signaux de son environnement, mais aussi à traiter et analyser les différentes informations qu’il enregistre. L’activité cérébrale entraîne alors différentes réactions physiologiques qui altèrent la qualité du sommeil :

  • Au moment du sommeil léger, un bruit peut amener un micro-éveil ou un réveil et des difficultés à se rendormir.
  • Pendant le sommeil profond, seule une forte nuisance peut nous réveiller et implique alors un retour au sommeil léger, qui est moins réparateur.
  • Au stade du sommeil paradoxal, notre sensibilité au bruit est plus variable.

Dans tous les cas, une nuisance sonore n’implique pas forcément un éveil, mais peut modifier nos phases de sommeil vers un stade plus léger et fragmenté, donc moins récupérateur.


La lumière et son effet sur l’hormone du sommeil 

Si le bruit est cité spontanément dans les causes environnementales de l’insomnie, il ne faut pas non plus oublier l’importance de la lumière. Vous n’en avez peut-être pas conscience, mais la lumière est un synchroniseur très puissant qui règle en permanence notre horloge biologique interne ! C’est pourquoi même une faible intensité lumineuse peut retarder notre endormissement ou avancer notre réveil.

 

Cela s’explique par le fait que la mélatonine, notre fameuse hormone du sommeil, est libérée grâce à l’obscurité. En plus des lumières bleues qui empêchent sa production, même de petites sources de lumière comme une simple bougie ou un appareil électronique en mode veille peuvent perturber votre sommeil et conduire à l’insomnie.

 

Les conséquences d’une mauvaise literie

Cela peut sembler surprenant, mais une mauvaise literie peut conduire à des problèmes de sommeil, dont l’insomnie. Vous dormez sur un vieux matelas de plus de 14 ans ? Vous vous enfoncez dans votre lit ? Les ressorts de votre literie vous empêchent de trouver une position confortable ? Tous ces petits désagréments conduisent à des micro-éveils, des difficultés d’endormissement, et ont un impact sur la qualité de votre sommeil vos insomnies.

 

Une température trop chaude ou trop froide

La température du corps est un facteur important du sommeil puisqu’il participe à un bon endormissement. Lorsque vient le moment de vous coucher, votre température corporelle baisse et celle de votre chambre doit être comprise entre 18 et 19 degrés pour vous assurer un bon sommeil. Vous grelottez sous votre couette en hiver, ou vous ne parvenez pas à vous rafraîchir l’été ? Ces changements de températures extrêmes dans la chambre constituent une cause fréquente d’insomnie.

 

Vous l’aurez compris, de nombreux facteurs du quotidien peuvent conduire à des crises d’insomnies. Un stress passager, une angoisse, une mauvaise hygiène de vie ou un environnement trop bruyant et vos nuits de sommeil sont perturbées ! En identifiant la cause de votre trouble du sommeil, vous êtes en mesure de trouver des solutions adaptées pour le traiter. Découvrez les conseils proposés par les experts du sommeil de Sleepie dans l’article Insomnie, que faire ?

Sleepie vous remercie !
Oops! Something went wrong while submitting the form.
© 2020 Acme. All right reserved.