6 MINUTES DE LECTURE

Les médicaments pour dormir

Chez Sleepie nous ne préconisons pas la prise de médicaments pour dormir. Néanmoins, ils peuvent temporairement et ponctuellement vous aider à vaincre l'insomnie. 

Photographie de Sandra Baliozian
MIS À JOUR PAR
Sandra Baliozian
18/01/2020
Médicaments pour dormir

Vous vous demandez quoi prendre pour dormir ? Vous vous posez des questions sur les désagréments et la composition de certains cachets ? On décrypte pour vous les 5 grandes familles de médicaments pour le sommeil.

Les barbituriques, nos plus anciens somnifères

Les barbituriques sont considérés comme les ancêtres des somnifères. Parce que ce sont les premiers à avoir été utilisés pour favoriser l’endormissement, ils sont estimés comme une classe médicamenteuse importante dans le traitement des troubles du sommeil. Votre cachet pour dormir porte un nom qui se termine par « al » ? Il fait partie de la famille des barbituriques.

 

Les propriétés des barbituriques

Cette famille de médicaments tient son nom de son premier représentant : l’acide barbiturique.

Ces traitements sont des dépresseurs du système nerveux central qui interviennent dans le traitement de l’épilepsie, en tant qu’anesthésique général et bien sûr contre l’insomnie.

Les plus connus sont :

  • le phénobarbital (dont les propriétés calmantes provoquent le sommeil) ;
  • le butobarbital ;
  • ou encore le thiopental que l’on connaît en anesthésie sous le nom de Penthotal.

L’usage des barbituriques est aujourd’hui réservé au traitement de l’épilepsie et ils ne sont délivrés que sur ordonnance.

 

Quels sont les effets secondaires des barbituriques ?

Si les barbituriques ne sont quasiment plus utilisés aujourd’hui, c’est parce qu’ils sont porteurs de trois inconvénients principaux :

  • Ils entraînent une dépendance physique et psychique qui implique un syndrome de sevrage lors de l’arrêt du traitement.
  • Ils agissent sur le foie et rendent inefficaces d’autres médicaments comme les contraceptifs oraux ou les anticoagulants.  
  • En cas de surdosage, ils peuvent provoquer un coma avec une insuffisance respiratoire et une hypothermie.

Les interactions médicamenteuses induites par la prise de barbituriques peuvent être très graves et impliquent des ajustements constants des posologies et une surveillance étroite des médecins.

Parce qu’ils présentent des effets indésirables trop importants, ils sont aujourd’hui réservés au traitement de l’épilepsie.

 

Les benzodiazépines ou anxiolytiques

Diazépam, Valium, Lendormin, ces noms de médicaments vous disent quelque chose ? Ce sont des benzodiazépines et ils font partie des somnifères qui sont les plus utilisés par les insomniaques. Ce que vous ne saviez peut-être pas, c’est qu’en réalité, ces psychotropes sont des anxiolytiques qui agissent aussi sur les troubles du sommeil !

Comment fonctionnent ces anxiolytiques ?

Les benzodiazépines facilitent l’action d’un neurotransmetteur, l’acide gamma amino butyrique (GABA), dans le cerveau. Le GABA entraîne lui une diminution de l’excitabilité du système nerveux central.

Grâce à cette réduction, les benzodiazépines ont de multiples fonctions :

  • sédatives, anxiolytiques ;
  • myorelaxantes (contre les contractures musculaires) ;
  • et anticonvulsives.

On les retrouve donc dans le traitement de l’épilepsie, des lombalgies, contre l’anxiété et bien sûr pour les troubles du sommeil.

Quel médicament pour dormir fait partie des benzodiazépines ?

Les molécules qui rejoignent la classe des benzodiazépines comportent toutes le suffixe « -azépam ».

Parmi les sédatifs et hypnotiques les plus connus, on retrouve :

  • le nitrazépam ;
  • le témazépam ;
  • le lormétazépam ;
  • ou encore le bromazépam (ou Lexomil).

 

Les effets secondaires de ces cachets pour dormir

Contrairement aux barbituriques qu’ils ont remplacés, les benzodiazépines n’entraînent pas d’interactions médicamenteuses. Ils sont aussi moins toxiques en cas de surdosage et un antidote existe : le flumazénil.

Cependant, ils présentent aussi des effets secondaires non négligeables lors d’une utilisation prolongée et à fortes doses :

  • L’amnésie antérograde ;
  • une sensation d’ébriété ;
  • un effet rebond (retour de l’insomnie à l’arrêt du traitement).


Un médicament pour dormir avec ordonnance ou sans ?

À cause des effets indésirables graves qu’ils peuvent provoquer, les cachets qui entrent dans la famille des benzodiazépines ne sont disponibles que sur ordonnance depuis une dizaine d’années. Leur prescription a été durcie par les pouvoirs publics.

 

Les antihistaminiques, moins courants 

Les antihistaminiques sont principalement utilisés pour traiter les manifestations allergiques ou certains troubles psychiques. Moins courants, une petite partie d’entre eux a néanmoins une action sur les troubles du sommeil.


Des somnifères hypnotiques

La classe de médicaments des antihistaminiques est issue des phénothiazines qui sont utilisées en psychiatrie. Leur composante sédative varie et certains de ces cachets ne sont administrés qu’à des fins hypnotiques.

Parmi les médicaments pour dormir sans ordonnance qui concernent cette catégorie, on retrouve le Donormyl et la doxylamine.

L'Atarax est un antihistaminique et anxiolytique. Il possède aussi des qualités sédatives et est généralement prescrit pour les troubles du sommeil chez l'enfant.


Les effets indésirables et contre-indications des antihistaminiques

Les composants des antihistaminiques s’exercent au niveau du système nerveux central et concernent de nombreux neurotransmetteurs. Leurs actions sont nombreuses et leurs propriétés sont aussi bénéfiques que responsables de nombreux effets indésirables :

  • constipation ;
  • sécheresse buccale ;
  • somnolences ;
  • baisse de la pression artérielle avec risque de chute.

Ces médicaments sont contre-indiqués chez :

  • la femme enceinte ;
  • le nourrisson et l’enfant ;

Et chez les personnes qui souffrent de :

  • glaucome ;
  • rétention urinaire ;
  • insuffisance respiratoire ;
  • apnée du sommeil ;
  • etc.

De plus, leur prescription est limitée à 4 semaines.

 

Les nouveaux somnifères, une aide pour dormir ?

Le Zolpidem est le comprimé pour dormir le plus vendu en France. Comme le Zopiclone, c’est un somnifère qui présente l’avantage de respecter les qualités physiologiques du sommeil. Mais pourquoi ces substances ont-elles remplacé les benzodiazépines et quels sont leurs effets secondaires ?

D’où vient ce médicament du sommeil

De nouvelles molécules ont été introduites sur le marché en 1980. Elles remplacent les benzodiazépines dont elles sont très proches, sans présenter leurs inconvénients. Ces pilules pour dormir sont utilisées comme anxiolytiques et sont souvent prescrites en complément d’antidépresseurs. Appelés aussi hypnotiques, ils ralentissent l’activité du cerveau.

Le Stilnox est un hypnotique célèbre dont le principe actif est le Zoplidem.

On retrouve aussi le Havlane dont le principe actif est le Loprazolam.

Les somnifères sont-ils dangereux pour la santé ?

Les somnifères ne présentent pas exactement les mêmes désagréments que les benzodiazépines. Avec le Zolpidem par exemple, l’amnésie antérograde est rare et le phénomène de dépendance semble moins important.

Cependant, on retient des effets secondaires importants comme une baisse de l’attention, les troubles de la mémoire ou la somnolence diurne. Le Zopiclone, substance active du médicament Imovane, qui provoque un endormissement rapide, provoque une accoutumance physique comme psychique.

Ces hypnotiques sont utiles à court terme, mais n’éliminent pas les causes de l’insomnie et ne traitent pas réellement les troubles du sommeil. La surconsommation qu’ils entraînent est d’ailleurs si importante en France que certaines personnes sont amenées à suivre un sevrage dans des centres spécialisés.

Somnifère et alcool

La prise concomitante de somnifères et d'alcool est vivement déconseillée. Pour en savoir plus sur les interactions entre ces deux substances, n'hésitez pas à lire notre article « Somnifère et alcool : pourquoi ne font-ils pas bon ménage ? ».

Les compléments alimentaires

Les insomniaques qui recherchent un somnifère léger ont tendance à se tourner vers les compléments alimentaires et des solutions dites “naturelles”. Dans cette catégorie, on retrouve des médicaments à base de plantes qui se présentent sous forme de gouttes pour dormir, de sirop ou de gélules.

Le complément alimentaire le plus connu contre les troubles du sommeil est l'Euphytose, il contient de la mélatonine qui est l’hormone naturelle du sommeil et un mélange de plantes aux propriétés calmantes.

Il existe aussi le médicament complément alimentaire Circadin, recommandé pour les personnes âgées de plus de 55 ans.

De nombreuses plantes sont utilisées en compléments alimentaires pour aider à mieux dormir. Le millepertuis existe en complément alimentaire sous différentes formes et est souvent utilisé pour les troubles du sommeil.

Les compléments alimentaires sont dénués d’effets indésirables que provoquent les somnifères, mais ils restent des traitements d’appoints qui n’agissent pas sur les causes des troubles de l’endormissement.

La plupart des somnifères et des médicaments qui traitent les troubles du sommeil ne sont pas efficaces sur le long terme. En plus d’entraîner de nombreux désagréments et une dépendance, et ont souvent un effet rebond qui implique un retour de l’insomnie dès l’arrêt du traitement.

Nous sommes sensibles à la qualité de votre sommeil et à sa préservation sur le long terme. C’est pourquoi nous préconisons  d’autres solutions, comme les thérapies cognitives et comportementales, seule méthode recommandée par la Haute Autorité de Santé pour retrouver le sommeil. Cette solution offre une alternative saine et durable pour retrouver un bon sommeil.

Vous consommez ou avez consommez des médicaments pour dormir ? N'hésitez pas à nous donner votre avis en commentaires.

Nos articles

Sleepie vous remercie !
Oops! Something went wrong while submitting the form.
© 2020 Acme. All right reserved.